Mato.webp

LE KYUDO

LA VOIE DE L'ARC

Issu de la culture japonaise, le kyudo est à la fois un art et une voie de réalisation personnelle, à travers la pratique ritualisée du tir à l’arc.

En tant qu’art martial, il provient de l’histoire des
samouraï qui l’utilisaient sur les champs de bataille.
Pénétré et nourri dans un second temps par l’influence du Zen, le kyudo devint Voie de l’arc pour trouver sa place au sein des méthodes orientales dédiées à la transformation de soi vers un mieux être et une recherche de vérité personnelle.
 

Entre pratique physique et pratique spirituelle, c’est
ainsi donc que le kyudo s’adresse aujourd’hui de façon universelle à tous ceux que la pratique du tir à l’arc séduit. Certains y trouvent le plaisir de l’archer devant atteindre la cible, d’autres celui de se confronter à un questionnement intime à laquelle la discipline invite.

Le tir s’effectue toujours de façon codifiée, visant
l’élégance et la justesse. L’harmonie enfin est la clé de voûte, que ce soit dans la gestuelle, l’esthétique générale, ou la relation avec les autres archers qui coordonnent leurs déplacements et leur tir respectif dans une succession parfaitement maîtrisée.


La beauté du kyudo s’exprime dans les tenues
traditionnelles, le grand arc de plus de deux mètres aux courbures naturelles, le rythme lent cérémonial, et l’attitude digne et solennelle des archers aux lâchers puissants dans une intense concentration.

posture_kyudo_charles_louis_oriou.jpg
calligraphie_kyudo.png

SHIN ZEN BI

VÉRITÉ BONTÉ BEAUTÉ :
LES TROIS BUTS DU KYUDO

Le tir dans le kyudo doit être vrai : il ne s’agit pas seulement d’être habile, l'archer doit offrir sincèrement son être dans l’expression de son tir, sans truchement. Il lui faut mettre à l'unisson son esprit (attitude), son corps (mouvements) et son arc (technique), en cherchant la plus grande simplicité. La cible n'est plus alors ni cible ni adversaire. Elle devient fidèle miroir de soi.

L'idée de bonté est associée à la recherche de vérité. Une attitude et un comportement justes suscitent un état de calme physique et mental équilibré qui s'exprimera autant dans le tir que dans le quotidien.

La beauté naît de la beauté formelle de l'arc, de l'attitude courtoise et respectueuse du kyudojin (pratiquant) ainsi que de l'harmonie de tous les mouvements dans la cérémonie du kyudo. La sobriété et l’apparente facilité de forme cachent un haut degré de précision, de maîtrise. L’ensemble du tir dégage ainsi élégance et raffinement.