Compte-rendu du stage des 19 et 20 Février 2022 à Besançon



Stage dirigé par Frédéric Demangeon sensei kyoshi 6ème dan.

Ce stage organisé à Besançon avait pour thème : « dôzukuri : comprendre le travail du dos, la place exacte des épaules. Passage de daisan à sanbun no ni. Importance de tatesen jusqu'à sanbu no ni et changement de stratégie pour finir hikiwake. Ne pas se laisser influencer par un travail technique localisé et garder la globalité du corps, vers la fluidité. »

24 participants venus de Lille, Strasbourg, Montreuil, Dijon, Belfort et Besançon se sont retrouvés dans la salle d’arts martiaux des Montboucons, grande et belle salle de 60m x 30m, avec des tatamis posés sur une estrade.

Samedi après-midi le stage débuta par un yawatashi ; Frédéric Demangeon sensei, ite, avait choisi comme kaizoe deux membres de AKB : Gaspare Fazio dai ichi kaizoe et John Bollecker dai ni kaizoe. Le débriefing qui suivit permis de collecter les impressions des spectateurs stagiaires et de corriger les imperfections grâce aux conseils du sensei (par ex : les kaizoe ne doivent pas oublier d’être toujours en kuttai : légère inclinaison respectueuse du haut du corps, presque comme un ).

Des sharei pour ite gyôsha suivirent.

Principaux points abordés lors des corrections individuelles et collectives :

  • Dôzukuri à mettre en place non seulement dès l’entrée du shajô, à conserver jusqu’à la sortie, mais encore à entretenir dans la vie de tous les jours.

  • Les godô (les 5 torses MdK p 62). Sur le shajô on utilise chûdô en tir kinteki et nokudô en tir enteki. Les autres sont utilisés dans d’autres positions de tir ou circonstances.

  • La position des épaules : conserver ensô, creuser au niveau du sternum.

  • Importance de tatesen jusqu’à sanbu no ni puis travail de yokosen jusqu’à kai et au-delà.

  • Éviter de creuser les lombaires en kai, mais au contraire rétroversion du bassin, remplir le koshi ita (« les yeux du koshi ») ce qui provoque hikagami (= tension au niveau du creux poplité) et une extension verticale.

  • Pendant l’élévation, avoir le sentiment d’offrande : ageru (= élever et offrir) ce qui accentue l’ovale des bras.

Dimanche la journée débuta par un hitotsu mato sharei par 4 membres de AKB : Francis Bonavent, Gaspare Fazio, John Bollecker et Marie-Jeanne Boyon, suivi par les remarques constructives des autres stagiaires et surtout du sensei.



Toute la journée nous avons poursuivi le travail sous le regard attentif et avec les précieux conseils de Frédéric Demangeon sensei, que nous remercions vivement pour sa grande générosité, sa bienveillance et sa disponibilité envers tous.


M-J. B.



168 vues0 commentaire