CR Stage enseignants printemps 2021

22-23-24 mai 2021 à la Falaise Verte



Après des mois d’interruption de la pratique ou pour le moins de fortes perturbations, quel bonheur de se retrouver dans le cadre idyllique de la Falaise Verte pour pratiquer à nouveau ensemble !

Encadrés par trois kyôshi, Laurence Oriou sensei, Charles-Louis Oriou sensei et Frédéric Demangeon sensei, ce sont quinze enseignants de toutes les régions de France qui ont profité de ce week-end prolongé de Pentecôte pour travailler ensemble, acquérir de nouvelles pratiques pédagogiques, et partager leurs expériences.

Jin, la bienveillance

Chaque journée de pratique a commencé par un échauffement dirigé par l’un d’entre nous à tour de rôle : la pratique sera alors respectueuse de notre propre corps et nous nous sommes ainsi approprié le nouveau support vidéo de la commission médicale sur “l’éveil corporel global”.

Rei, l’étiquette

Après le corps, l’éveil de l’esprit : juste après le hai rei du matin, la récitation collective du raiki-shagi et du shahô-kun a fortifié nos esprits pour le travail d’équipe de la journée. Merci à Tomoko Shimomura sensei pour sa récitation énergisante en japonais : à nous maintenant de travailler !

Wa, l’harmonie

Et comme pour effacer tous ces mois de pratique dispersée ou chahutée, Laurence Oriou sensei nous a fait le plaisir de proposer un programme où l’harmonie de groupe était le maître mot :

  • 3 jours de travail tous en kimono,

  • de nombreux tirs de cérémonie réalisés : yawatashi, mochimato sharei, hitotsu mato sharei

  • travail de synchronisation de hadanugi et tasuki sabaki, en zasha et rissha

  • séances de tirs corrigés toutes réalisées en tachi : shinsa no maai (rythme d’examen) ou kyôgi no maai (rythme de tournoi)

  • même les séances de “tirs libres” du soir ont été en fait l’occasion de pratiquer intensément kyôgi no maai pour soutenir et entraîner la toute récente sélection d’équipe de France qui nous représentera à Bourges fin juin !

Et personne n’oubliera les tirs de démonstration réalisés par les shôgôsha : une formidable occasion pour nous tous de ressentir comment l’harmonie du groupe est capable de générer des émotions magnifiques : la beauté collective efface alors les imperfections individuelles.

Shin, la confiance

Le programme a aussi laissé une large place aux séances thématiques de partages d’expériences pour répondre aux questions des stagiaires-enseignants : choix du matériel, initiation des débutants, transmission de l’étiquette, organisation des séances de pratique, délégation et mobilisation des senpai dans l’enseignement, sécurité à la makiwara ...

La confiance entre tous les stagiaires nous a permis d’exprimer sans crainte nos propres difficultés ou questionnements et aussi d’apporter à d’autres nos propres retours d’expériences sur d’autres thèmes : nul doute que chacun repart l’esprit nourri de nouvelles idées à faire fructifier dans son dôjô !

Yû, le courage

Et au-delà du courage nécessaire pour partager ses propres difficultés, nous en avons eu besoin aussi pour nous remettre en question, travailler d’autres approches pédagogiques, dépasser nos à priori.

Gi, la droiture et Chi, la sagesse

Un grand merci aux kyôshi qui ont préparé et animé ce stage dans un esprit participatif et collectif. Leur justesse, leur sérénité, et leur équanimité nous ont tous permis de grandir.

Il nous faut dès à présent programmer d’autres stages « enseignants » dans notre calendrier 2021 !


Philippe Dequincey

“Tout seul on va plus vite, ensemble on va plus loin.”



212 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout