top of page
img267.jpg
Post: Blog2 Post

ACTUALITÉS

BLOG

 

Retrouvez toutes les actualités, comptes-rendus, fiches pratiques et techniques de France Kyudo sur notre blog.

Stage de Montreuil 10 et 11 décembre 2022 « Zanshin »


Quarante trois participants, du jamais vu à Montreuil. Du moins depuis quelques années dont les affres du Covid ont un temps renforcé les difficultés conjoncturelles locales.


Frédéric Demangeon sensei s'est dévoué pour animer ce rendez-vous et tout de suite, Nicolas Ladron de Guevara sensei et Michel Dupont sensei se sont inscrits dans sa foulée pour assurer un enseignement exceptionnel lors de ce rendez-vous.


Dix Dojo étaient représentés dès le samedi 10 décembre au gymnase du Lycée Jean-Jaurès de Montreuil que la municipalité met gracieusement à disposition de l'AKEP dans le cadre de son soutien aux associations sportives de la ville.


Les kyudojin montreuillois, emmenés par leur enseignant, Christophe d'Alessandro et leur présidente, Michiko Iwata, étaient largement mobilisés pour accueillir au mieux de leurs possibilités les nombreux participants. Il s'est avéré que leurs efforts ont payé, les présents n'ont, pour la plupart, pas tari d'éloges à ce propos....

Mais fi de ces considérations « techniques », c'est du stage lui-même, de l'enseignement des sensei qu'il nous faut retenir le plus grand succès.


Emmenés par Frédéric Demangeon sensei, Nicolas Ladron de Guevara sensei et Michel Dupont sensei ont tout de suite planté le décor en présentant la prégnance de zanshin dans le processus du tir en kyûdô.


Par un subtil partage de la parole entre enseignements et anecdotes, nos trois maîtres du dôjô pour ce week-end, n'ont laissé personne indifférent en décrivant l'importance de ce qui ne peut se cantonner à un simple hassetsu en fin de tir, mais se doit de piloter l'ensemble de l'attitude du kyudojin dès le franchissement de la porte du shajô.


Si dôzukuri formalise la posture, zanshin renvoie l'écho de la justesse et de la sincérité tout au long du processus de tir, à cette notion de rémanence par l'effet de miroir intérieur qui permet de refléter l'engagement de l'archer dans la globalité tel que défini par le sanmi ittai.


Après le hitotsu-mato sharei puis la théorie, les ateliers personnalisés animés en trois groupes par nos dévoués sensei, se sont concentrés sur les phases hikiwake, kai et hanare, préliminaires au zanshin et qui en préfigurent la réalisation. Les corrections apportées à chacun ont permis de préciser ce qu'il y avait à travailler individuellement pour arriver à zanshin au plus près de des attendus.



De zanshin à yudaoshi, il restait quelques précisions à formuler pour que tous puissent ressentir l'importance de la continuation du tir au-delà du hanare et cela jusqu’à la sortie du shajô.


A l'issue de la session, dimanche en fin d'après-midi, les traditionnels cadeaux aux sensei ont été remis aux trois enseignants bénévoles par les trois plus jeunes kyûdôjin locaux (un an de pratique) dont la présence avait été généreusement acceptée par le staff de cette session d'exception.


L'ensemble des membres de l'AKEP, ravis du déroulement de cette session remercient encore Frédéric Demageon sensei, Nicolas Ladron de Guevara sensei et Michel Dupont sensei pour la générosité de leur enseignement et leur disponibilité auprès de chacun.


Rendez-vous est d'ores et déjà pris pour le second week-end de décembre de l'année prochaine.


Marc Bourdais (AKEP)

(crédit photographique : Gilles/AKEP)